Les blogues Contact

La zone d'échanges entre l'Université Laval,
ses diplômés, ses donateurs et vous

Les blogues de Contact

Photo de Simone Lemieux

La bière fait la bedaine: réalité ou fiction?

L’expression «bedaine de bière» est typiquement québécoise et laisse entendre que la consommation de bière peut causer l’obésité. Qu’en est-il vraiment? En cette belle période estivale, je vous amène dans le rayon des boissons alcoolisées. Une bonne bière froide, ça vous tente?

BiereBedaine

J’ai navigué sur le Web pour voir comment on définissait «bedaine de bière» et j’ai trouvé ceci sur le site Wikébec: «Ventre des hommes tout rond (causé ou non par la consommation de bière)». Pour nos cousins français, on propose même une traduction: «Mononc Gilles a une bonne bedaine de bière, ça c’est clair!» qui devient «Tonton Gilles a un gros ventre, c’est évident». L’obésité abdominale, au Québec ou en France, semble donc une affaire d’hommes !

On pourrait penser que le phénomène de la bedaine de bière s’explique facilement en mettant tout simplement en relation les 2 faits suivants: d’une part, les hommes boivent plus de bière que les femmes1 et, d’autre part, ils ont un tour de taille plus élevé que ces dames2. Selon cette logique, l’affaire est claire, la bière fait pousser la bedaine! Mais ce n’est pas si simple que cela.

Qu’en disent les études ?
Plusieurs études ont abordé la façon dont la consommation de bière est liée à l’obésité et, plus spécifiquement, à l’obésité abdominale. Une recherche réalisée chez plus de 250 000 Européens dans le cadre de l’étude EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition)3 suggère que la consommation de bière serait associée positivement à l’obésité chez les hommes. En d’autres termes, plus les hommes boivent de la bière et plus ils ont tendance à être obèses. Les conclusions tirées chez les femmes sont différentes puisque chez ces dernières la consommation de bière n’est pas associée au niveau d’obésité.

En ce qui a trait à l’obésité abdominale (la fameuse bedaine), l’étude EPIC indique que plus la consommation de bière est importante, plus la propension à accumuler de la graisse autour de la taille serait élevée, et ce, autant chez les hommes que chez les femmes. Toutefois, les différences observées dans les mesures du tour de taille sont relativement faibles. Par exemple, les hommes n’ayant jamais pris de bière de leur vie ont un tour de taille moyen de 95,4 cm, comparativement à 96,2 cm chez ceux ayant l’habitude de consommer plus de 96 g d’alcool par jour (on parle ici d’environ 6 bouteilles de bière par jour!).

Bref, bien que des associations soient observées, la différence de tour de taille entre les gros buveurs de bière et les abstinents n’est pas spectaculaire.

Consommation d’alcool et prise alimentaire
Je dois avouer qu’avant d’écrire ce billet, je m’attendais à trouver des résultats plus convaincants. Parce qu’après tout, la bière possède plusieurs caractéristiques qui peuvent favoriser la prise de poids. Tout d’abord, des études ont suggéré que la prise de calories sous forme liquide favorisait la surconsommation alimentaire. Autrement dit, une même quantité de calories (par exemple, environ 150 dans une bouteille de bière) serait plus rassasiante lorsqu’elle provient d’un aliment solide que d’un aliment liquide comme la bière ou les boissons gazeuses.

Par ailleurs, la consommation d’alcool pourrait affecter la reconnaissance des signaux de faim et de satiété. Des études ont démontré que la prise d’une boisson alcoolisée lors d’un repas, comparativement à une version non-alcoolisée de la même boisson, entraînerait une plus grande consommation d’aliments. L’effet euphorisant de l’alcool diminue notre vigilance et retarde le moment où nous avons l’impression d’avoir suffisamment mangé. J’ai pu constater ceci au cours de mes grossesses, lors de repas qui ont habituellement tendance à s’étirer, comme la fondue chinoise. Essayez une fondue sans prendre d’alcool, je vous prédis que vous finirez de manger avant tout le monde!

Ainsi, le fait que la consommation de bière ne soit pas aussi fortement associée à l’obésité démontre une fois de plus qu’on ne peut pas attribuer l’obésité à une seule cause. De plus, si une consommation modérée d’alcool se fait dans le contexte d’une alimentation saine et que l’apport en calories total de l’alimentation (incluant les calories de l’alcool) correspond aux besoins énergétiques, il n’y aura pas de prise de poids.

Enfin, la bedaine de bière serait une expression réservée aux hommes probablement parce que ces messieurs ont tendance à gagner du poids au niveau de l’abdomen en raison de leur profil hormonal, même s’ils ne boivent pas une goutte de bière! Plus spécifiquement, les hommes ont tendance à accumuler leur graisse dans la cavité abdominale, autour des organes vitaux. Cette graisse cachée qu’on appelle la graisse viscérale4 remplit la cavité abdominale et étire les muscles abdominaux, ce qui donne cette impression de ventre bien dur et bien rond.

Ainsi, la prochaine fois que vous verrez un homme au ventre protubérant, ne concluez pas trop vite qu’il boit nécessairement beaucoup de bière!

Sur ce, bon été et à bientôt!

1 Garriguet D. «Consommation de boissons chez les Canadiens adultes», Rapports sur la santé 19(4), 2008, p.23-29 (Statistique Canada, no 82-003-X au catalogue).

2 Patry-Parisien J, Shields M, Bryan S. «Comparaison de la circonférence de la taille mesurée selon les protocoles de l’Organisation mondiale de la santé et des National Institutes of Health», Rapports sur la santé 23(3), 2012, p.3-11 (Statistique Canada, no 82-003-X au catalogue).

3 Bergmann MM, Schütze M, Steffen A, et al. «The association of lifetime alcohol use with measures of abdominal and general adiposity in a large-scale European cohort», Eur J Clin Nutr 2011 ; 65 :1079-87.

4 Des études, dont plusieurs réalisées par l’équipe du Dr. Jean-Pierre Després de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, ont démontré que les individus présentant des quantités importantes de graisse viscérale étaient particulièrement à risque de développer des problèmes de santé tels que le diabète et les maladies cardiovasculaires.

Haut de page
  1. Publié le 24 juin 2018 | Par Maria

    Merci pour cet article! Intéressant!

Note : Les commentaires doivent être apportés dans le respect d'autrui et rester en lien avec le sujet traité. Les administrateurs du site de Contact agissent comme modérateurs et la publication des commentaires reste à leur discrétion.

commentez ce billet

M’aviser par courriel des autres commentaires sur ce billet