Les dossiers Contact

La zone d'échanges entre l'Université Laval,
ses diplômés, ses donateurs et vous

Les dossiers de Contact

Lumières sur le Soleil

Bronzer, mais à quel prix?

Sante-299

Profiter du soleil implique quelques mesures de protection pour la peau et pour les yeux.

Être bronzé, c’est encore in. Depuis les années 1950, le bronzage est devenu synonyme de beauté, de santé et de réussite sociale. Tout le contraire du 19e siècle alors qu’on vénérait le teint pâle distinguant les riches citadins des paysans «brûlés» par leur travail dans les champs. Et pourtant, nos ancêtres avaient, sans le savoir, des critères esthétiques qui protégeaient les privilégiés d’un vieillissement cutané et oculaire prématuré et de cancers de la peau. Car si une peau bronzée passe aujourd’hui pour une marque extérieure de bonne santé, la réalité est bien différente sous la surface. Les dermatologues et autres spécialistes de la peau sont formels: le soleil est dangereux! Pour bien en jouir, mieux vaut se protéger de ses rayons. 

Le bronzage sécuritaire n’existe pas
Pas besoin de passer la journée à se faire «dorer la couenne» pour tirer le meilleur du soleil. Quelques minutes suffisent pour synthétiser la vitamine D, nécessaire pour fixer le calcium sur les os et pour protéger des différents cancers. «Les gens en santé sont en fait les moins bronzés, soutient le dermatologue Joël Claveau1, professeur de clinique à la Faculté de médecine. Il n’y a pas de bronzage sécuritaire, car pour bronzer, il faut que les rayons ultraviolets (UV) du soleil modifient la structure de l’ADN cutané.»

Joël Claveau

Joël Claveau

Les rayons ultraviolets sont insidieux, car on ne les voit pas. Les UV de type B causent les coups de soleil: ils endommagent l’ADN et favorisent, avec le temps, le vieillissement prématuré de la peau (photovieillissement) et les lésions cancéreuses. Mais les chercheurs ont aussi découvert que les dommages commencent bien avant les coups de soleil. Les UV de type A, quoique ne brûlant pas la peau en surface, pénètrent plus en profondeur que les UVB pour y faire des dégâts au niveau du collagène et de l’élastine qui donnent au derme sa structure et sa fermeté. Ils produisent des radicaux libres –des molécules d’oxygène instables– à l’origine du photovieillisement, de l’apparition précoce des rides et du cancer de la peau. 

Le bronzage est une réaction de défense de l’organisme. En effet, certaines cellules de la peau, les mélanocytes, réagissent aux rayons UVB en fabriquant une substance colorée appelée mélanine. Ce pigment absorbe une partie du rayonnement et protège partiellement la peau des effets nocifs du soleil.

Non seulement la protection que procure la mélanine est-elle imparfaite, mais sa production même entraîne certains dommages, rapporte le biochimiste Girish Shah2, professeur au Département de biologie moléculaire, biochimie médicale et pathologie: «Une équipe de recherche internationale vient de démontrer que la mélanine a un effet pervers. Elle réagit avec les radicaux libres générés par les rayons UV. Son oxydation produit de l’énergie qui altère l’ADN et provoque des dommages à l’origine du cancer de la peau. Et cet effet perdurerait plusieurs heures après l’exposition au soleil».

Le corps humain a encore d’autres réactions face aux agressions des rayons ultraviolets: il sacrifie certaines structures. C’est le cas des télomères, les extrémités des chromosomes, qui préservent l’intégrité du génome. Ces boucliers parent plutôt bien les coups portés par les rayons UV. Mais ils ne se protègent pas eux-mêmes: ils accumulent les dommages solaires. «Ils deviennent la mémoire cellulaire de notre exposition au soleil, explique Patrick Rochette3, professeur au Département d’ophtalmologie et ORL – chirurgie cervico-faciale. Bien qu’on n’en cerne pas encore toutes les conséquences, on pense que les dégâts aux télomères viennent accélérer le processus de vieillissement de la peau.» 

1 Joël Claveau est également coresponsable de la recherche clinique en hémato-oncologie à la Clinique du mélanome et des cancers cutanés de l’Hôtel-Dieu de Québec.

2 Girish Shah est aussi membre du Centre de recherche du CHU de Québec.

3 Patrick Rochette est également chercheur en biochimie et biologie moléculaire au Centre de recherche du CHU de Québec et membre du Centre de recherche en organogénèse expérimentale de l’Université Laval (LOEX).

Publié le 30 avril 2015

  1. Publié le 26 mai 2015 | Par Julien Crête

    Bonjour,
    Je crois que l'exposition au soleil est importante à petite dose pour la production de vitamine D. Celle-ci joue un rôle protecteur dans plusieurs problématiques de santé. Vous devriez écrire un 2e article expliquant maintenant comment bénéficier du soleil de façon sécuritaire. Ex: temps d'exposition de 10 à 15 min. entre 10h et 15h, sans crème solaire pour ne pas empêcher la synthèse de la vitamine D, etc. Je crois qu'il est aussi important de se protéger du soleil que de savoir en retirer les bienfaits. Merci de m'informer quand vous publierez cet article. Bonne journée!
  2. Publié le 7 mai 2015 | Par Landi

    Un article très bien construit et très compréhensible.
  3. Publié le 2 mai 2015 | Par Murray Henley

    M. Douville, les salons de bronzage ne sont pas interdits pour les mêmes raisons que la cigarette ne l'est pas. L'État ne peut tout décider à la place de tous. Il y a aussi la question des droits acquis.

    Par ailleurs, cet article est littéralement terrifiant: il n'y a pas vraiment de bénéfices à l'exposition au soleil plus de quelques minutes par jour... On pourrait cependant tenir compte des bénéfices sur la santé du fait de profiter de la vie, incluant du soleil.

    Est-ce que ceux qui passent leurs journées d'été à l'intérieur, ou drapés de lourds vêtements, vivent plus vieux en moyenne? À voir l'âge de décès de religieuses dans les avis publiés, on pourrait être portés à le croire...
  4. Publié le 1 mai 2015 | Par André Douville

    Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi les salons de bronzage ne sont pas interdits???
    Après avoir lu cet article...

Note : Les commentaires doivent être apportés dans le respect d'autrui et rester en lien avec le sujet traité. Les administrateurs du site de Contact agissent comme modérateurs et la publication des commentaires reste à leur discrétion.

commentez ce billet

M’aviser par courriel des autres commentaires sur ce billet