Le magazine Contact

La zone d'échanges entre l'Université Laval,
ses diplômés, ses donateurs et vous

Le magazine Contact

Hiver 2008

Claude Dussault, l’éducation avant tout

L'ex-président-directeur général d'ING Canada croit que chacun doit faire sa part pour maintenir l'Université Laval parmi les meilleurs établissements d'enseignement <br />et de recherche.

Son parcours professionnel est jalonné de succès, d’innovation et d’engagement. Diplômé de l’Université Laval (Actuariat 1975), Claude Dussault a récemment décidé de relever un autre défi, celui de la retraite. Mais cette étape de la vie a une connotation pour le moins active pour celui qui vient tout juste de terminer son mandat de président-directeur général d’ING Canada, après 20 ans de service. M. Dussault continuera de siéger au conseil d’administration de la multinationale, à titre de président, tout en occupant divers postes au sein d’autres conseils d’administration, comme ceux de Métro et de la Fondation de l’Université Laval, dont il fait partie depuis 2002.

«Je me considère extrêmement privilégié d’avoir été un baby-boomer en Amérique du Nord, dit-il. Peu de gens dans le monde ont eu la chance que nous avons eue à l’époque. Nous avions accès aux études et à des occasions de carrière et de développement absolument exceptionnelles. Il m’apparaît normal de rendre à la société, par mon temps et mon engagement, ce qu’elle m’a donné. C’est un juste retour des choses.»
 
Priorité aux jeunes

Vivant à Toronto depuis plusieurs années, Claude Dussault a toujours gardé un œil sur ce qui se passait dans son alma mater. Dans son discours, une thématique se dégage nettement: l’importance de l’éducation. Celle des jeunes d’ici et d’ailleurs. C’est pourquoi il soutient l’UNICEF, notamment en raison de son programme d’accès à l’éducation pour les jeunes filles de pays en guerre ou en développement.

«Ma présence au conseil d’administration de la Fondation est évidemment liée à cette valeur fondamentale pour moi, explique-t-il. On a tendance à tenir pour acquise l’Université Laval, comme si, parce qu’elle a toujours excellé et qu’elle a toujours été là, il en sera toujours ainsi. Mais maintenir cet établissement parmi les meilleurs, c’est une responsabilité collective. L’Université est un moteur économique majeur de la région. Chacun doit faire sa part pour que les générations qui nous suivent bénéficient de la qualité de formation à laquelle nous avons eu droit. C’est un héritage essentiel à léguer.»
 
Agir maintenant

Conscient que les gouvernements ne peuvent à eux seuls répondre aux nombreux besoins des universités, Claude Dussault considère que chacun doit mettre la main dans sa poche, à sa mesure, et participer à l’effort. Lui-même donateur depuis plus de 15 ans au Fonds des priorités émergentes et à la Chaire d’actuariat, il détient le titre de commandeur de la Fondation et deviendra sous peu membre du Cercle du recteur, deux des huit titres décernés annuellement par la Fondation à ses plus grands donateurs.

«Je souhaite que la campagne de financement De toutes les révolutions soit un véhicule d’information et de sensibilisation auprès des diplômés, des étudiants et de leurs parents, ainsi que de la population en général. Il faut agir maintenant afin que tous se sentent interpellés par l’avenir de l’Université Laval.»
Haut de page
  1. Aucun commentaire pour le moment.